zum Inhalt | zur Navigation | zur Hilfsnavigation |

Bilder

Les différentes phases de construction du château. © Büro für Burgenforschung Dr. Zeune, Eisenberg im Allgäu 2005/06
Représentation d’une meurtrière qui aurait été ouverte vers 1466 dans le rempart du côté est © Büro für Burgenforschung Dr. Zeune, Eisenberg im Allgäu 2005/06
Sondages archéologiques effectués dans la première douve en 2004 © Büro für Burgenforschung Dr. Zeune, Eisenberg im Allgäu 2005/06
Tentative de reconstruction schématique du château vers 1290, peu après 1400 et vers 1500 © Büro für Burgenforschung Dr. Zeune, Eisenberg im Allgäu 2006

Inhalt

Travaux de construction et d’entretien

Selon les archives extrêment détaillées qui décrivent les travaux de maintien du château de Dagstuhl, on ne cessa d’entretenir le château à partir de 1375, date à laquelle il fut partagé entre quatre familles. Ce qui frappe sont les incessants travaux de réfection des ponts et de leurs piliers, des ponts-levis et des tours, qui se sont succédés tous les 15-20 ans. Il faut dire que ces pièces étaient mises à rude épreuve.

De nombreuses fois on refait les crépis, on met des pavés et des carrelages, on refait les toitures et remplace les encastrements en bois, les fenêtres et les cheminées. Pour tous ces travaux les sujets de Lockweiler, Wadern, Rodt et Noswendel étaient astreints à la corvée et devaient livrer pierres de taille, briques, sable, chaux, eau ainsi que quantité de bois, de pointes et clous de toutes sortes, de pinces et d’étaux.
Les outils des ouvriers devaient sans cesse être aiguisés ou tout simplement remplacés.
Parfois, les travaux tiraient en longueur : Pour le bâtiment des Flersheim (6e étape de construction), les travaux ont duré de 1562 (pose des fondements) à 1573 (réalisation des escaliers en colimaçon), et on mentionne encore l’ajout de poêles de faïence en 1580 et 1583.


Illustrations


Extrait de la bible de Toggenburg (Chronique du monde du comte de Toggenburg) 1411

Travaux de construction d’un château peu après 1500. C’est la construction d’un château sur un sommet escarpé qui est représentée ainsi que les difficultés liées aux travaux dans un endroit si exposé : Les pierres taillées à l’endroit prévu pour le fortin avancé doivent être transportées à la main jusqu’en haut, de même pour le bois de charpente. Comme parallèlement à la construction du château on défriche le terrain, les arbres gênent en plus les ouvriers. Un échafaudage audacieux est suspendu au-dessus du précipice, une grande grue pivotante facilite le transport du matériel à l’intérieur du château.

Aquarelle de Jakob Mennel vers 1518.

Construction de la tour de Babel. Représentation de la construction d’une tour pendant la deuxième moitié du 13e siècle. On voit une grue élévatrice entraînée par une noria pour monter les pierres, un maçon avec une bassine de mortier qui travaille sur un échafaudage en encorbellement retenu par plusieurs cordes. Les tailleurs de pierres ont leurs outils à côté d’eux. Le tailleur au pied de la tour est en train de tailler des pierres, celui qui est en haut les façonne et les met en place.
Miniature extraite d’une chronique du monde française (Bibliothèque Municipale de Dijon).

zum Seitenanfang Sprung zum Seitenanfang